Sanskrit : (चित्त) intelligence, observation, penser, réfléchir, faculté de raisonnement.

Dans la philosophie yogique, le mot citta est utilisé pour désigner l’intégralité du champ du mental. Celui-ci contient trois aspects différents :

  • Buddhi (intellect) qui est la faculté de discernement. Elle a deux faces. La face extérieure se base sur le raisonnement et la logique. La face intérieure se base sur la sagesse intuitive (ce qui doit être fait).
  • Ahamkara (égo) est la faculté à travers laquelle la personnalité établit son identité.
  • Manas (mental) reçoit les informations des sens cognitifs et réagit à ces informations.

Tous les processus du corps et de l’esprit, chaque pensée, chaque acte que nous faisons, sont tous nés dans le citta. Manas (mental) est la partie la plus brute de citta. Quand nous démarrons dans la voie de Yoga, quasiment tout ce que nous faisons est fortement influencé par notre manas (les émotions, les souvenirs). Mais plus nous avançons dans la voie, plus la partie la plus subtile de citta, qui est buddhi, devient le filtre principal de nos actions.

A Lire  Méditer en mouvement – ça existe ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.