Sanskrit : गुण (Guṇa) : qualité, attribut, particularité, ingrédient ou constituant de prakriti, fil d’un cordon.

Le mot guna est utilisé pour parler des qualités d’un objet. La plupart du temps, quand nous parlons des guna en Yoga, nous parlons surtout des trois guna de prakriti (la nature primordiale). Dans ce contexte, ce mot peut être traduit à la fois comme qualité/attribut, mais aussi comme « force primaire ».

La philosophie de Yoga nous parle de trois qualités primaires de la nature primordiale. Tout ce qui existe (perceptible ou non) contient ces trois qualités, et rien ne peut exister sans. Ces trois qualités sont :

  • Sattva guna : que l’on pourrait traduire comme la force de la création.
  • Rajas guna : qui est la force derrière chaque mouvement.
  • Tamas guna : qui est la force d’inertie/d’obscurité.

Quel guna est prédominant influence la nature de l’objet en question. Quand nous parlons de notre propre esprit, une prédominance de sattva permet la paix intérieure, recul, discernement et apaise les émotions. Une prédominance de rajas donne l’impulsion de mouvement, mais également l’agitation, hypersensibilité émotionnelle et incite l’attachement aux possessions matérielles. Tamas guna est derrière notre sommeil, mais amène aussi l’ignorance, l’obscurité, la dépression, et le manque de clarté.

La pratique du Yoga privilégie le développement de sattva guna dans l’esprit (qui se fait à travers la pratique méditative, l’intégration des yama et des niyama dans la vie, et la compréhension de la voie yogique), tout en diminuant rajas et tamas guna.

A noter : une pratique purement posturale/dynamique des postures incitent plutôt l’accumulation de rajas (et indirectement tamas) guna.

A Lire  I.5 : Vrittayah pancatayyah klishtaklishtah

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.