Sanskrit : प्राण (prāṇa) : l’énergie vitale, souffle de vie, vigueur, souffle.

Très souvent confondu avec le souffle, le concept de prana est bien plus complexe dans Yoga et la philosophie hindoue.

आत्मन एष प्राणो जायते । यथैषा पुरुषे छायैतस्मिन्नेतदाततं मनोकृतेनायात्यस्मिञ्शरीरे ॥ ३ ॥

Prashna Upanishad III.3

Ce prana est né d’atman (l’âme/purusha). Comme l’homme possède une ombre, il en est de même pour l’âme. A travers l’acte du mental, ce prana rentre dans le corps.

Prana est né quand purusha (conscience, l’âme) a interagi avec prakriti (la nature primordiale, première matière). Plus prakriti évolue, plus ce prana devient « brut » ou « grossier ». Dans nos corps physiques, ce prana se manifeste comme 10 « vents » différents, qui s’occupent des fonctions corporelles.

Prana est également ce qui connecte notre intellect, notre égo, notre mental, nos sens cognitifs, nos sens d’action et notre corps physique. Chaque mouvement, que ce soit bouger un doigt ou réfléchir, signale un mouvement de prana.

Dans la pratique de Yoga, la maitrise de prana est de la plus haute importance. Dans le fond, l’intégralité des 8 membres de Yoga de Patanjali sont un essai de maitriser le prana. Si les yama et les niyama diminuent l’agitation de prana au niveau de l’esprit, asana et pranayama permettent au yogi d’avoir plus de contrôle sur son prana, qui est par la suite travaillé et concentré à travers les 4 membres de la pratique interne (pratyahara, dharana, dhyana et samadhi). C’est à travers ce travail sur le prana que le yogi prend conscience de ses corps subtils et de la vraie nature de son être.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.