Yoga nous enseigne l’importance de la paix, que ce soit en nous ou autour de nous. Cependant, parfois les conflits ne peuvent pas être évités. Les émotions surgissent. Une chose en donne une autre et, avant même que l’on ne s’en rende compte, un conflit est devenu une guerre. On dit des choses que l’on ne souhaitait pas dire. On agit d’une manière qui nous remplit de honte. Mais comment faire en sorte que les dégâts générés ne nuisent pas à nos relations ? Comment limiter un conflit pour qu’il reste gérable ? Voici quelques astuces.

Prenez le temps de respirer

En règle générale, Yoga ne parle pas de contrôle. Il parle de maitrise de soi. Mais juste contrôler une émotion qui surgit et ne pas la laisser apparaitre est la meilleure façon de se frustrer. Quand quelque chose doit être exprimé, il faut l’exprimer (et idéalement de façon non-hostile). Mais il y a une exception à tout. Et lorsque l’on se trouve en plein milieu d’une dispute, c’est le moment de se contrôler.

Chaque effet crée une nouvelle cause. Et chaque cause va donner un effet. Ce lien de causalité n’est pas toujours linéaire. Mais en ce qui concerne les émotions fortes, comme la colère, leurs manifestations donneront toujours naissance à une nouvelle cause d’une émotion similaire. Plus on se laisse aller vers la colère, vers la haine, plus cette colère et cette haine vont s’agrandir en nous.

Alors quand on se trouve dans une situation conflictuelle, la première chose à faire c’est de respirer. Garder une respiration profonde et maitrisée aide à nous couper de la réactivité incitée par les émotions et permet davantage de recul sur la situation.

----L'article continue plus bas----

A Lire  Que faire quand on n’arrive pas à s’endormir ?

Forcez-vous à écouter

J’utilise bien le mot « forcer ». Parce que durant ces situations, nous n’avons qu’une envie : crier, engueuler, et faire mal. Mais en cédant à cela, une dispute qui aurait pu être rien du tout devient une affaire d’état.

Ici, je ne lie pas le fait d’écouter avec la sagesse. Il ne s’agit pas de seulement laisser parler l’autre personne. Il s’agit aussi de bien formuler sa propre réponse. Prendre le temps de discerner ce qui a causé la dispute.

Mais il y a également une exception à ce conseil. Certaines personnes, de nature, ont beaucoup de mal à s’exprimer. Si ces personnes se forcent à se taire, il est fort probable qu’elles n’arrivent pas à dire ce qu’elles devraient durant ces moments. Pour ces personnes, il vaut mieux répondre, tout en tenant en compte des points qui suivent.

Ne parlez pas du passé

Lorsqu’une dispute se déclenche, il devient encore plus important de ne penser qu’à l’instant présent. Très souvent, on a tendance à soulever plein d’autres problèmes et parler de tout ce que l’autre personne avait fait de mal dans le passé.

Prenons un exemple. Disons que la dispute s’est déclenchée parce qu’une personne nous a blessé avec ses mots. Presque automatiquement, comme s’il cherchait des raisons d’être à ce conflit, notre esprit va soulever tous les exemples du passé où cette personne nous avait fait mal avec ses mots. Peu à peu, au lieu d’être un être humain en face de nous, cette personne devient un monstre épouvantable. Et que fait-on avec un monstre ???…

A Lire  Pleine conscience même quand on est pressé

Si on souhaite garder la situation gérable, il est important de rester concentrer sur la cause actuelle du conflit et pas toutes les autres choses que cette personne a mal faites/toutes les autres fois où cette personne nous a blessé.

Evitez d’inclure d’autres personnes

L’être humain est très intelligent. Deux personnes face à face, elles arriveront à toujours trouver une solution à n’importe quel problème entre elles. Mais dès que deux deviennent trois (sans parler de 30 !) … ?

En Hindi on dit souvent : « teen tigada, kaam bigada ». Dès qu’il y a une troisième personne, ça ruine tout le travail que l’on a fait. C’est d’autant plus valable pour les situations conflictuelles. Alors la prochaine fois vous vous bagarrez dans votre couple, ce n’est absolument pas le moment de prendre des amis à témoin – et encore moins les enfants !

Il y a également une exception à cela : si le conflit est devenu ingérable, dans ce cas-là, effectivement, on a besoin d’un professionnel afin de chercher à le résoudre. Mais idéalement, essayons de garder tout conflit bien, bien gérable !

Eloignez-vous des personnes qui adorent les conflits !

Mais les conseils décrits plus haut ne sont pas valable quand on est face à une personne qui adore les conflits. Oui, ces personnes existent réellement ! C’est presque un besoin existentiel. Ce n’est que durant les situations conflictuelles que ces personnes se sentent vivantes. Et elles font tout (consciemment et inconsciemment) pour assurer que le conflit perdure.

Il n’est jamais très facile (et parfois même impossible) de garder un conflit gérable avec ces personnes. Mais si votre quête est de la paix intérieure, alors dans la mesure du possible, le plus on s’éloigne de ces personnes, le mieux on arrivera à travailler sur soi.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.